Le 22 juin 1948, George VI abandonne le titre d'Empereur des Indes. Un fossé se creuse cependant entre les modérés, dont Gokhale, qui minorent l'importance du militantisme, et les nouveaux « extrémistes » qui considèrent que la poursuite de réformes sociales détourne du nationalisme. Pendant la famine, l’unique préoccupation de Churchill fut d'assurer le bon approvisionnement de l'armée britannique des Indes. L’Angleterre prend pied en Inde au 17 e siècle, avec l’East India Company (la Compagnie anglaise des Indes orientales). Jusque dans les années 1920, la présence britannique en Inde n'est pour Gandhi pas le principal obstacle au Swaraj, mais plutôt l'incapacité des Indiens à créer une société moderne[56]. De deux frères, l'un est hindou et un autre musulman, ils appartiendraient à deux différentes nations. L'érudite et poète Pandita Ramabai Medhavi s'engage pour l’émancipation des femmes et la cause du remariage des veuves, particulièrement des veuves brahmanes, avant de se convertir au christianisme[40]. Il fit part de son mépris pour les Indiens à Leo Amery, Secrétaire d'État pour l’Inde et la Birmanie, lui disant : « Je hais les Indiens. Un musulman bengali et un hindou bengali, vivant ensemble, parlant la même langue et ayant les mêmes traditions et coutumes, appartiennent à deux nations différentes. Le nom de « Pakistan » apparait pour la première fois par Choudhary Rahmat Ali, dans une « déclaration » en 1933[88]. L'exemple est suivi à travers le pays et les Britanniques mettent plus de 60 000 personnes en prison, dont Gandhi lui-même. Leur condamnation, l’émoi suscité puis la remise de peine participent à la propagande du Congrès, qui gagne les élections dans huit des onze provinces[97]. Toutefois, les protestations hindoues contre la partition du Bengale et le fait qu'elles s'organisent autour de la symbolique de la déesse Kali, conduisent l'élite musulmane indienne à créer en 1906 la Ligue musulmane. Il fusionne les forces des trois présidences en une Armée de l'Inde au sein de laquelle sont distinguées : l'Armée indienne (Indian Army), composée de soldats indiens et d'officiers indiens et britanniques, et l'Armée britannique en Inde, composée de soldats britanniques stationnés dans le sous-continent. Plusieurs centaines de milliers de personnes meurent dans les violences qui suivent la partition[102]. L'ICS joue un rôle capital dans la mainmise britannique sur l'Inde. Sur près d'un million d'électeurs, seuls 182 000 votent[14]. Après la révolte des cipayes en 1857, le Parlement britannique décide de dissoudre la Compagnie britannique des Indes orientales et de transférer la gestion de l'Inde à la couronne. Dépourvu de gouvernement propre, l'Inde ne pouvait défendre ses intérêts[7]. En 1890, l'Inde compte environ 60 000 diplômés. Le premier gouverneur général est nommé en 1773, à l'époque de la Compagnie des Indes orientales, pour la présidence de Fort William au Bengale[8]. La première élection des membres de l'Assemblée législative, en 1920, est un échec : les nationalistes indiens contestent ses modalités et appellent à la désobéissance civile. La montée du mouvement indépendantiste, la victoire du Congrès aux élections provinciales de 1937 et le mouvement Quit India rend progressivement le contrôle du pays et la collecte des impôts plus difficiles pour l'administration. L’extrait d’un discours appelant, en 1835, le Parlement britannique à "conquérir" l’Afrique en brisant "sa spiritualité et son héritage culturel", circule sur les réseaux sociaux depuis plusieurs années. Dyer est relevé de ses fonctions mais devient un héros en Grande-Bretagne parmi les personnes en lien avec le Raj[65]. Ses efforts lui valurent le titre de Mahatm... Sauvegardez les documents de votre choix en cliquant sur l’étoile, Avant de quitter le site, pensez à exporter votre historique de navigation. Le Népal signe avec les Britanniques le traité de Sugauli en 1815 et le Bhoutan est placé sous protectorat par le traité de Punakha en 1910, mais ces deux royaumes ne sont pas intégrés au Raj. Les Maldives, protectorat britannique de 1887 à 1965, ne font pas partie du Raj. Il s'étendit principalement sur les territoires qui forment aujourd'hui l'Inde, le Pakistan et le Bangladesh, ainsi que sur la Birmanie jusqu'en 1937, regroupant des provinces sous administration directe et des États princiers sous suzeraineté. L'influence britannique en Inde a commencé au 17ème siècle avec l'arrivée de l'East India Co. Colombie au cours des 200 prochaines années, les Britanniques ont continué à étendre leur pouvoir jusqu'à ce qu'ils contrôlaient la quasi-totalité sous-continent dans le milieu du 19e siècle. La politique indienne de non-alignement mise en … Les religions sont profondes et suivent les principes des Védas et des Upanishads. Les religions sont profondes et suivent les principes des Védas et des Upanishads. Pendant la guerre, 140 000 Indiens sont sur le front en France et en Belgique, 700 000 autres se battent au Proche-Orient[23]. », « Je hais les Indiens. Dévoilez vos origines ethniques et trouvez de nouveaux parents avec notre test ADN. Ici, vers 1930, il file du coton pour inciter les Indiens à l'autonomie économique et au boycottage des produits... Crédits : © Pictorial Parade/ Getty Images. 24J.-L. R. L’héritage britannique reste visible en Inde comme au Pakistan – il n’est que de déjeuner dans les mess d’officiers pour s’en convaincre –, mais cette influence, qui joue pour partie sur la formation militaire, ne doit pas masquer des réalités plus profondes. Abha Dawesar, écrivaine indienne née à New Delhi, a publié en 2009 (en France), ce roman jugé comme décapant : L'Inde en Héritage. Aussi connu sous le nom de » Sanatan Dharma « , la majorité du peuple indien pratique l’hindouisme. Les soldats indiens jouent un rôle majeur dans de nombreuses campagnes, notamment au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. EN STOCK Très belle reconstitution du casque colonial de l'Empire Britannique sous le règne de la Reine Victoria. Ce discours n’a jamais été présenté devant le Parlement britannique selon ses archives En août 1917, le secrétaire d'État libéral Edwin Montagu annonce l'objectif « d’accroître la participation des Indiens dans chaque branche de l'administration et le développement graduel d'institutions autonomes »[60],[h]. À partir des années 1880 se développe une petite classe moyenne indienne[37], éduquée et souvent employée dans l'administration coloniale[38]. La Compagnie des Indes orientales puis le gouvernement colonial encouragent la construction de nombreuses lignes de chemin de fer. Le mouvement Swadeshi handicape lourdement les importations de textile britannique : bien que plus cher et moins confortable que son concurrent du Lancashire, le tissu indien devient une marque de fierté nationale[47]. Il est bordé par le ... Le processus d'indépendance de l'Inde en 1947 marque le début du déclin de l'Empire britannique.  Lire l’article, Jawaharlal Nehru devint en 1947 le 1er Premier ministre de l'Inde. La version du 13 décembre 2013 de cet article a été reconnue comme «, 1858-1880, instauration du Raj et développement colonial, 1880-1914, premiers mouvements politiques indiens, Partition du Bengale et création de la Ligue musulmane, 1918-1939, prise d'ampleur du mouvement indépendantiste et réformes politiques, Mouvement de non-coopération et marche du sel, 1939-1945, l'Empire et la Seconde Guerre mondiale, Congrès et Ligue musulmane : deux visions de l'Inde, « le cadre d'acier sur lequel repose toute notre structure de gouvernement et d'administration en Inde », The Queen's Own Madras Sappers and Miners, « Je m'aventure à dire que la guerre nous a fait avancer [...] de cinquante ans [...]. Le premier recensement indien est conduit en 1871 et 1872, inventoriant castes, religions, métiers, éducation et infirmités de la population. Les gouverneurs généraux sont désignés par le Board of Directors de la Compagnie[8], et leur juridiction s'étend à toute l'Inde à partir de 1833. Elle se renforça considérablement au 19e siècle et s’acheva en 1947, année où l’Inde accéda à l’indépendance. Utilisé par l'armée Britannique lors de leurs conquêtes en Afrique du sud (Célèbre bataille en 1879 que livra le "24th foot regiment" contre les tribus "Zoulous" au Mont Isandlwana et à Rorke's Drift) ainsi qu'en Inde. Bien que des départements ministériels comme la défense, les affaires étrangères, la loi pénale, les communications ou les impôts restent l’apanage du vice-roi, d'autres domaines comme la santé publiques, l'éducation, les gouvernements locaux sont transférés aux provinces[62]. Dès le déclenchement de la Première Guerre mondiale, le gouvernement impérial indien annonce qu'il peut fournir deux divisions et une brigade de cavalerie, plus une division supplémentaire en cas d'urgence[51]. À l'approche de l'indépendance, les violences entre hindous et musulmans se poursuivent, principalement au Pendjab et au Bengale. Parmi les autres pays de la région, Ceylan (actuellement le Sri Lanka) est cédé par les Néerlandais à la Grande-Bretagne au traité d'Amiens de 1802 et fait partie de la présidence de Madras de 1793 à 1798[3]. Les territoires qui le composent vont tour à tour réclamer leur indépendance ou mettre fin à leur lien de subordination comme cela a été le cas pour le Canada (1982), l'Australie (1986), la Nouvelle-Zélande (1986) ou Hong Kong (1997). Le rôle de l’East India Company. Dans le quartier de Camden Town, Paul Verlaine et Arthur Rimbaud s’étaient installés. Mohandas Karamchand Gandhi rentre en Inde en 1915. Cette loi permet la création d'assemblées législatives indépendantes dans toutes les provinces, la création d'un gouvernement central avec à la fois les provinces et les États princiers et la protection des minorités musulmanes[69]. Jouissant d'une grande réputation de qualification et de neutralité[15], il intègre peu à peu des Indiens en son sein. Cette compagnie commerciale, fondée en 1600, reçoit de la reine Élisabeth Ire le monopole du commerce avec les Indes orientales. Le programme des écoles, collèges et universités suit les standards britanniques, y compris l'histoire européenne et la culture britannique, ce qui n'empêche pas les organisations étudiantes de devenir des bastions indépendantistes à partir des années 1920[29]. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'Armée indienne est la plus grande armée de volontaires au monde avec 2,5 millions de soldats. Les effectifs de l'Armée indienne sont multipliés par dix pour atteindre 2 millions d'hommes à la fin de la guerre[75],[76]. Des officiers indiens mutins, lors de la révolte des cipayes, considérée, en Inde, comme la première guerre d'indépendance contre la colonisation britannique. La couronne britannique est représentée dans les États par des agents ou résidents. Juin 1757 L'officier anglais Robert Clive écrase à Plassey une armée indigène et, en prenant le contrôle du Bengale, permet le renforcement de la présence anglaise en Inde.1784 L'India Act renforce le pouvoir de la Couronne britannique sur l'East India Company.1848-1856 Le gouver [] Lire la suite Conclu le 29 août 1842 entre la Grande-Bretagne et la Chine, le traité de Nankin met un terme à la première « guerre de l'opium » qui avait débuté lorsque les Britanniques étaient intervenus militairement dans l'Empire du Mili… À partir de 1945, les Indiens sont majoritaires au sein de l'ICS et sont divisés entre partisans de l'Empire et de l'indépendance[19]. Des millions d'hindous et de musulmans se retrouvent du mauvais côté de la frontière et de nombreux déplacements de populations ont lieu. Les présidences puis provinces sont les régions de l'Empire directement administrées par les Britanniques. La participation à la guerre est toutefois très contestée par le Congrès. En 1920, dans le cadre de sa campagne de non-coopération, le Mahatma Gandhi appelle les Indiens à démissionner de l'ICS. Toutefois, la Principauté d'Hyderabad est annexée militairement par l'Inde en 1948. On parle également de l'« empire des Indes » (Indian Empire), nom qui figure notamment sur les passeports de cette époque.