Comme le rappelle l'artiste et réalisateur Javi Larrauri, pendant la guerre civile espagnole opposant les républicains aux nationalistes, les femmes républicaines furent les grandes perdantes. De 1934 avec les premières tentatives républicaines en Espagne, la seconde guerre mondiale jusqu’aux barricades parisiennes (moins violentes) de mai 1968, Cosnava et Ruben accompagnent leurs héroïnes sur le front. La bataille de Guadalajara débute le 8 mars 1937. Mais si la présence des républicainEs espagnolEs a été ignorée, celle des femmes fut complètement passée sous silence, les reléguant, bien malgré elles, au … Elle témoignait le 8 mars 2009, journée de la femme, des conditions d’exil infligées particulièrement aux femmes suite à la guerre d’Espagne. républicaines, seules les femmes liées au Parti communiste espagnol (PCE) réussirent à reconstruire l’association des Mujeres Antifascistas, la plus importante des organisations féminines espagnoles des années 19302. Non seulement elles perdirent les droits acquis pendant la Seconde République, mais les vainqueurs se chargèrent aussi de les punir cruellement et inutilement. La démocratie française a reçu un demi-million d’Espagnols comme des chiens et les Espagnoles comme des putains. A n'en pas douter, certaines se sont inspirées des miliciennes républicaines de 36 ! De nombreuses lois républicaines et démocratiques sont abolies, comme la loi sur le mariage civil, la loi sur le divorce ainsi que toutes les lois mettant les femmes à égalité avec les hommes. Mujeres Liberals (femmes libres) est une organisation de femmes espagnoles, luttant contre le fascisme et pour l’égalité, pendant la révolution de 1936. “Il ne faut jamais oublier toute ces femmes républicaines espagnoles qui ont franchi la frontière espagnole en 1939. Cependant, ce sont les femmes républicaines qui furent les grandes perdantes de la guerre civile espagnole. Les femmes tondues appartiennent au paysage de la guerre civile espagnole ; images récurrentes des romans qui mettent en scène cette période, elles sont absentes de l'histoire officielle du temps du franquisme et ombres inconsistantes de l'historiographie espagnole actuelle. Aujourd'hui les femmes espagnoles se sont réveillées (voir les articles de presse du 8 mars 2019 ). Dans l'ouvrage "Ces femmes espagnoles. De la Résistance à la Libération" (Editions Tirésias), Geneviève de Gaulle Anthonioz va jusqu'à avancer le chiffre de 35 000 pour estimer le nombre des victimes espagnoles de la Seconde Guerre mondiale fusillés, morts dans les combats ou dans les camps de concentration. L’Union des Femmes Françaises (UFF), liée au PCF, les aida à remettre sur pied leur organisation en France. Trois femmes, trois destins espagnols sur trente ans de tragédie. Elles veulent leur place, filles courage l’arme ou poing où aux commandes d’un avion. Car ce n’était, ni plus ni moins, ce que représentaient les femmes républicaines pour les secteurs les plus conservateurs de la société française. Elles étaient des millions dans les rues à Madrid Barcelone Valence, , dan stout le pays à réclamer leurs droits et l'égalité - hommes-femmes !